Tag

randonnée

Browsing

Lors de notre roadtrip en Pologne et Slovaquie nous avons d’abord fait un stop dans la région de Dresde en Allemagne. Pourquoi? Car tout près de la ville se trouve un étonnant site de toute beauté : le parc national de la Suisse Saxonne. Ce parc se trouve au cœur du massif gréseux de l’Elbe. La Suisse saxonne est assez atypique, de hauts pinnacles de roches alternent avec les gorges et les canyons ou s’écoule calmement l’Elbe. Les falaises de grès sont impressionnantes. L’une des attractions, le pont de la Bastei en Allemagne, relie entre elles ces falaises sur lesquelles les amateurs d’escalades aiment pratiquer. Le parc offre une multitude de randonnées et balades à travers les rochers et la forêt. Un lieu magique que nous avons hâte de découvrir. Retenez-le, Bastei, en Allemagne. Alors Bastei c’est où? Bastei c’est en Allemagne est c’est là :

Rathen : point de départ de la visite

Pour découvrir le site vous pouvez vous rendre à la ville de Rathen, bien équipée pour les touristes. Regardez la carte ci-dessous pour voir où se trouve Bastei à l’Est de l’Allemagne, non loin de la frontière polonaise. Vous y trouverez un parking gigantesque pouvant accueillir tout un régiment. Ça ne manque pas de place, nous avons même réussi à y garer « Georges », notre camping-car, sans gêner personne 🙂 Le prix du parking n’est pas dramatique et il faut prendre un ticket pour le petit bateau qui nous fait traverser l’Elbe pour se rendre au centre de la ville. C’est seulement quelques minutes, mais c’est très lent. Arrivé de l’autre côté, les panneaux vous affichent la multitude de randonnées et balade avec les principaux points d’intérêt. Nous choisissons d’aller directement voir le fameux pont de la Bastei.

Équipés de bonnes chaussures de randonnée, nous commençons à grimper dans la forêt qui nous mène au pont. En route, on peut s’arrêter à divers endroits pour apprécier la vue sur l’Elbe et les falaises, on prend vite de la hauteur. La Bastei (en français : le bastion) est en fait le nom que l’on donne à la formation rocheuse. À 305 m d’altitude, elle domine l’Elbe de 194 m. Le panorama permet de prendre de belles photos pour se souvenir de ce lieu assez unique. Attention, il y a beaucoup de monde sur place, alors n’espérer pas prendre des photos du pont sans personne déçu!

Des rochers sous toutes les formes

A midi, nous nous arrêtons au Panoramarestaurant de Bastei, qui permet de manger pour un tarif acceptable avec une vue panoramique sur l’Elbe. A l’intérieur et bien au chaud on peut manger tranquillement en admirant la vue. Nous repartons ensuite vers la forêt pour trouver un autre chemin de randonnée qui nous fera faire un petit tour pour revenir à notre point de départ.

Nous entamons la descente vers les Swedish Holes, entre les immenses roches qui crééent des passages parfois très serrés. C’est assez ludique et on s’amuse à essayer de tenir entre les rochers. La descente est parfois raide ça n’est pas une si petite randonnée que cela. Peu à peu nous revenons vers le plat au cœur de la forêt. Nous faisons route vers l’Amselsee ou il est possible de faire de la barque. Le lac est très petit donc je ne sais pas si ça vraiment le coup, mais le décor est paisible et on se sent bien au calme. Nous revenons alors à Rathen. Si vous voulez faire une dernière pause alors tout est là pour vous, entre les petites commerçant et les restaurants.

Alors voilà… Un article très court mais qui je l’espère vous apportera suffisament d’élément pour vous convaincre d’aller à Rathen en allemagne et surtout de savoir où cela se trouve exactement. On a beaucoup aimé le site car il n’est pas trop touristique, accessible, et les possibilités de randonnée semblent grandes. Si vous aimez marcher vous serez heureux dans ce parc et surtout vous verrez des choses que vous n’avez pas l’habitude de voir. Un bon restaurant à midi, du temps pour randonner. Que demander de plus?

Stephen

Le Cambodge, ses temples et… ses plages. Quand on entend ce nom tout de suite on pense aux temples d’Angkor, à la magie de ces lieux préservés par le temps. Mais le Cambodge ce n’est pas que cela. En une semaine sur place, nous avons pu voir beaucoup de choses qui valent la peine et qui ne sont pas forcément connus du grand public. Alors laissez-nous vous proposer un rapide tour d’horizon de ce que nous avons eu la possibilité de voir durant cette semaine qui nous a fait passer des temples aux magnifiques plages du Sud du Cambodge en passant par les villages flottant du centre. Un beau voyage je vous le dit!

Petit tour rapide des endroits où nous avons fait un stop :

  • Visite des temples d’Angkor sur deux jours, assez pour faire la petite et la grande boucle
  • Rencontre avec les habitants des villages flottant de Kompong Klheang
  • Repos bien mérité dans les îles Koh Rong à Koh Rong Sanloem pour profiter des plages de sable fin du sud du Cambodge

 

Le Cambodge et ses temples, avant le Cambodge et ses plages

Lorsqu’on arrive au Cambodge la première chose que l’on a envie de faire, ce sont les visites des temples. On ne peut pas s’en empêcher, c’est viscérale. On en a tellement entendu parlé on se dit « c’est pas possible » ça doit envoyer du lourd. Donc on y va 🙂 Notre périple commence à l’hôtel OK 1 Villa, à Siem Reap. Il y a beaucoup d’hôtels et nous avons choisis celui-ci sur booking.com par rapport à son prix et notre budget par nuit ne devant pas être excessif, max 30$ par nuit. Surtout, il y a une piscine sur le roof top, et ça c’est vraiment pas mal du tout.

Après avoir analysé les cartes sous plusieurs angles nous comprenons enfin l’organisation des temples, comment les visiter. C’est pas bien compliqué, il y a deux boucles, une grande, qui fait le tour de tous les temples, et une petite, qui visite les temples principaux. Ni plus ni moins. Pour y aller, là non plus ce n’est pas bien compliqué : le TukTuk sera votre meilleur compagnon pour la journée. Il vous emmènera partout pour 20$ la journée. Pratique et efficace. Le mieux est de passer par l’hôtel qui a l’habitude de travailler au meilleur prix avec certains Tuk Tuk. Autant ne pas compliquer les choses

Alors, en combien de jours faut-il visiter les temples?

Il existe plusieurs forfaits pour visiter les temples. Nous vous conseillons de ne pas dépasser le forfait de trois jours, à moins que vous soyez vraiment passionnés par les temples. Pourquoi? Car on marche beaucoup et ça devient à un moment assez répétitif, au point de ne plus apprécier le spectacles. Mieux vaut ne pas trop en abuser pour que cela reste magique. Pour notre part nous avons pris un forfait de trois jours mais n’avons visité les temples qu’en deux jours : un jour pour la petite boucle et un jour pour la grande. Et devinez quoi? C’était bien assez.

Il y a quand même quelques petits trucs important à ne pas négliger avant de commencer les visites :

  • avoir de l’eau sur soi, car il peut vite faire très chaud dans la jungle et on est bien loin des plages du sud du Cambodge
  • s’équiper de bonnes chaussures de randonnées car on marche beaucoup et surtout il y a des pierres partout. Je m’étonne toujours de voir des gens en tongue, c’est l’hallu…
  • prendre le temps de se reposer et ne pas vouloir enchaîner à tout pris. Mieux vaut en faire un peu moins mais profiter du lieu en pleine conscience que de courir comme un poulet sans tête 😉
  • partir assez tôt le matin pour éviter la foule qui arrive plus tard, et aussi les éviter à l’heure du déjeuner. La magie c’est lorsqu’on se retrouve tout seul dans les temples. C’est génial.

Nos conseils pour la petite boucle du parc archéologique d’Angkor

Nous avons choisi le premier jour de faire la petite boucle qui contient tous les plus grands temples, surtout les plus connus. Le temps était beau c’était le bon moment pour y aller. La journée commence par aller chercher les tickets au ticket center. Pas de panique, c’est vraiment très bien organisé et malgré l’influence il y a assez de guichet pour tout le monde. C’est une véritable industrie. Une fois le pass en poche avec notre photo dessus nous reprenons la route à bord de notre TukTuk qui va nous faire arriver aux temples en une petite demie-heure. Voici la carte des boucles possibles :

Angko Wat Map Carte

Conseil pour l’ordre de visite de la petite boucle

Comme vous pouvez le voir, la petite boucle n’est pas si petite que ça, et il y a vraiment moyen d’en prendre plein les yeux. Il ne faut aussi pas trop traîner car il y a pas mal à faire. Cependant je vous conseille de ne pas chercher à faire tous les temples. Voici, selon moi, les temples que vous pouvez faire dans l’ordre suivant.

Angkor Thom et Bayon : le point de départ de la visite. Entrez par la porte Sud et allez voir Bayon. Il est splendide et vous charmera avec ses têtes de Buddha superbement conservées. Une fois votre visite terminée, allez vers Baphûon et montez au sommet pour admirer la vue environnante. Attention, la montée est assez raide 🙂 Dirigez-vous ensuite vers Phimeanakas, un très petit temple aux couleurs magnifiques qui vous séduira à coup sûr. Vous n’avez ensuite plus qu’à vous rendre à la terrasse des éléphants, pure merveille tout en longueur. En vous baladant sur ses remparts, vous pourrez finir sur la terrasse du Roi Lépreux et reprendre votre TukTuk pour aller vers la porte Victoria et sortir d’Angkor Thom.

Ta Prohm : vous aimez Lara Croft? Fan de Tomb Raider ou vous avez simplement vu quelques films de la série des Tomb Raider? Alors vous avez certainement vu Ta Prohm. Ce site est une merveille, très impressionnant. Pourquoi? Car les arbres ont semble-t-il pris le pouvoir et donnent l’impression de tenir de leurs racines les blocs de pierre pour les empêcher de tomber. Les racines se déploient telles des bras géants et envahissent les lieux. Les arbres ne font plus qu’un avec les pierres donnant un spectacle assez incroyable. On passe facilement une bonne heure dans le temple les yeux ébahis par le spectacle. A ne pas manquer!!!

Gardez Angkor Wat pour la fin

Benteay Kdei : Pas le plus spectaculaire des temples mais il mérite le détour. Il apporte encore de la différence à la visite et vous charmera par sa taille plus intime.

Angkor Wat : bien sûr, l’incontournable à ne pas manquer. Mon conseil, gardez le pour la fin de la journée, lorsque le soleil se couche, ou alors entre 12h et 14h, lorsque tout le monde mange. C’est ce que nous avons fait, par hasard, il n’y avait personne. Le soir, la lumière change et c’est le moment idéal pour les photos, surtout à l’extérieur du temple, on face des petites marre qui entourent le temple. Effet garanti avec le temple qui se reflète sur l’eau. Nice!

Où se restaurer et se reposer dans la petite boucle?

Si vous ne voulez pas vous cramer durant la visite, quelques petits gestes qui sauvent la vie sont important à connaître 🙂 Le matin, gardez-en sous le pied pour le reste de la journée. On a tendance à envoyer du lourd le matin car on ne sait pas ce qu’il y aura l’après-midi. Et les temples, ça use vite, surtout en plein cagnard. Gérez bien vos forces et prenez le temps de vous reposer à l’ombre à l’intérieur des temples tout en vous hydratant correctement.

Pour midi, le TukTuk va vous emmener dans des endroits qu’il connait bien et où il touchera une commission. Ce qui est bon à savoir c’est que si c’est un endroit où il y a plusieurs restaurant vous pourrez négocier le prix. Ils vont vite venir vous démarchez quand vous allez arriver. Alors faites semblant d’aller vers un autre restaurant, ils baisseront les prix. Si on avait su cela plus tôt, on aurait fait quelques économies…

Enfin pour les souvenirs, ne vous précipitez pas. Près de Angkor Wat vous trouverez plein de commerçants qui vous vendront tout ce que vous avez déjà vu durant les visites. Et ici vous pourrez bien négocier les prix. Alors n’hésitez pas.

Faut-il faire la grande boucle du parc archéologique d’Angkor?

La réponse est oui. Sans hésitation, vous serez surpris par l’étonnante diversité qu’offre la grande boucle. Bien sûr vous aurez déjà fait la petite boucle le jour d’avant, alors vous pourrez foncer directement vers Preah Khan pour votre première visite. Voici ce que nous vous conseillons pour la visite :

Le top, c’est de commencer sa journée par un levé de soleil à Phnom Bakheng. Bien sûr il faudra se lever très tôt pour arriver sur place à 7h. Le TukTuk viendra vous chercher vers 6h30, ça pique en vacances 🙂 Mais une fois sur place c’est magique. On apprécie le calme du park, il n’y a encore personne. C’est bien. Il faut grimper sur le sommet du temple qui donne une vue superbe sur le park. Que demander de plus?

Faites route ensuite vers Preah Khan petit temple qui vous surprendra lui aussi par la présence des arbres géants enraciné dans le temple. Belle visite. Surtout n’oubliez pas d’aller jusqu’à la fin du parc et de marcher vers le lac qui s’y trouve. La vue est panoramique sur le lac. Une bonne excuse pour se reposer un peu au bord de l’eau.

N’hésitez pas à aller voir les plus petits temples, ils sont magiques

Non loin de là, Neak Pean est un tout petit temple les pieds dans l’eau. Pour l’atteindre, il faut traverser un long ponton recouvert de nénuphars. C’est très sympa. Le temple est minuscule mais tellement différent des autres qu’on se régale. En fait, ce temple se trouve sur le fameux lac qui se trouve à la fin de Preah Khan.

Terminez par les quelques temples qui vous plairont le long du chemin. Parmi eux, n’oubliez pas de visiter East Mebon, ses couleurs sont magnifiques, et l’escalier qui mène au sommet est impressionnant, incroyablement raide.

La grande boucle est plus calme, il y a moins de monde car tout le monde est sur les plus gros temples. C’est pour moi la solution idéale pour le deuxième jour afin de faire la visite tranquillement, sans le stress de la foule. Si vous vous levez tôt alors vous pourrez aussi rentrer plus tôt et profiter, par exemple, de la piscine de votre hôtel. Car au bout de 8h de visite, les pieds commencent à crier 🙂

Village flottant de Kompong Klheang, petite escale avant les plages du Cambodge

Après avoir visité les temples pendant deux jours complets nous avons décidé de faire autre chose de différent. Nous avions entendu parlé des villages flottants sur le lac Tonlé, gigantesque lac en plein milieu du Cambodge. Souhaitant faire quelque chose de moins touristique, nous nous sommes tournés vers le village flottant de Kompong Klheang. Nous voulions une excursion à la journée afin de pouvoir découvrir la vie dans ces villages. Après quelques recherche sur le Web nous trouvons le site www.kompongkhleang.org, un site humanitaire, qui nous propose pour 35$ par personne une belle visite du village.

Pour 35$ chacun qui seront reversés au village nous allons pouvoir visiter le village et naviguer au coucher de soleil sur le lac Tonlé, le plus grand lac du Cambodge. Pickup à 14h, ce qui nous laisse du temps pour profiter calmement de la piscine de l’hôtel et se lever un peu plus tard. La matinée se passe mal on est malade tous les deux mais on décide d’y aller quand même.  On est pas tous les jours au Cambodge… Grâce à notre trousse à pharmacie on essaye de gérer la chose comme on peut. Mais ce ne sera pas suffisant en tout cas pas pour moi.

Découvrir la population locale

Sur la route nous nous arrêtons pour acheter du sticky bambou rice. Impossible d’en mettre en bouche. Ok tanpis. Second stop pour manger des donuts locaux.. J’en goûte un.. erreur….. Les maux d’estomac reviennent. C’est moche. Je gère comme je peux mais c’est de pire en pire. Nous arrivons au village et traversons la rivière pour rejoindre l’autre rive et visiter une école primaire sur pilotis. Pas beaucoup de moyens mais un bel effort pour éduquer les enfants. Ma situation se dégradant je m’isole parce que je sens que je vais gerber. Heureusement ça n’arrivera pas grâce a mon ami le Vogalene que j’ai pris je crois juste a temps.
En résumé, même si je n’ai pas pu en profiter au maximum, cette visite était vraiment chouette. Du départ à 14h nous avons fait :
– un stop pour manger du sticky rice
– un autre stop pour goûter les beignets locaux
– la visite d’une école sur pilotis
– une balade en bateau sur le lac Tonlé, avec, en bouquet final, le coucher de soleil sur le lac
Cette visite nous fait prendre conscience de la vie au centre du Cambodge, bien différente que celle que nous avons vu jusque maintenant dans la grande ville de Siem Reap. L’ONG avec laquelle nous avons fait la visite est super, n’hésitez pas une seule seconde à faire l’excursion avec eux.

Visiter le marché de nuit à Siem Reap

Avant de quitter Siem Reap n’oubliez pas de sortir le soir en ville est d’aller vous imbiber de la folie nocturne. La ville est très agitée le soir, c’est le bordel, mais un beau bordel. Le marché de nuit est la cible idéal pour passer un bon moment. Assez simple d’accès, il se trouve non loin de la « Night Market Street ». Le marché de nuit est assez bruyant et autant vous dire que vous allez trouver presque toujours les mêmes produits. Soyez patient, car les vendeurs vont vous aborder les uns après les autres dès que vous passez près de leur shop. C’est le jeu. L’avantage par rapport à certains pays c’est qu’ils ne sont pas agressifs. Et aussi on peut vraiment bien négocier les prix. Divisez de base par 5, c’est un bon départ.

L’erreur à ne surtout pas faire est de manger au Night Market. Même si vous voyez des restaurants n’ayez pas confiance en tout ce qui est liquide, surtout les glaçons. Nous nous sommes fait piéger après avoir fait attention durant toutes les vacances. On a baissé notre garde et BIM. Une bonne journée sur le flanc à vomir et se sentir vraiment mal. On ne se fera pas avoir deux fois 🙂 Si vous mangez de la viande ou du riz cuit ça devrait aller. Surtout faites attention aux cocktails ou autre…

Route vers les plages paradisiaques du Sud du Cambodge : les îles Koh Rong

Nous avons bien marché durant ces quelques jours au Cambodge, et surtout après notre escapade de deux semaines au Laos. Nous avons donc décidé de nous reposer durant les derniers jours de notre voyage, et de profiter du calme d’un endroit paradisiaque du Cambodge : les îles Koh Rong. S’il y a bien un endroit qui ressemble au paradis, c’est nul doute cette endroit. Je pense que c’est un des endroits où je me suis le mieux senti de ma vie…

Si vous avez déjà regardé l’émission Koh Lanta alors vous savez déjà à quoi ressemblent les îles Koh Rong. C’est l’endroit par excellence où tout relâcher, se sentir bien, lâcher prise et se reposer. Notre destination est l’île de Koh Rong Sanloem et l’hôtel Lazy Beach. Pour rejoindre ces îles il faut d’abord arriver à Sianoukville, ce que nous faisons en prenant un vol interne depuis Siem Reap. Ce n’est vraiment pas cher et la compagnie aérienne est propre. Assez facile de réserver sur Internet, nous avons vu la pub de la compagnie aérienne dans l’hôtel. Le vol est très court et on arrive vite à Sianoukville. De là, il faut ensuite prendre les « fast boat » qui vous emmène aux îles.

Se déplacer en speed boat entre les îles

Pour réserver votre ticket pour le fastboat pas de panique. Il suffit de se diriger au terminal de ferry sur la « Serendipity beach ». Juste à côté vous trouverez l’office du tourisme qui pourra répondre à vos questions. En ce qui concerne les compagnies de fast boat et ferry vous trouverez tout à cet endroit. Les prix sont à peu près tous les mêmes, ce qui varie, ce sont les horaires. Le plus important est de prendre un speed boat ou fast boat. Çà secoue sévère mais il vous permettre de relier les îles très rapidement en environ 1h. Si vous prenez un bâteau traditionnel alors il vous faudra beaucoup plus de temps. Comptez 56$ pour deux personnes, aller/retour.

Les billets ne sont pas cher, sachez tout de même qu’il faut bien vérifier la météo car parfois la mer s’agite et il se peut que le bateau ne parte pas ou prenne du retard. Donc si vous avez un avion à prendre ne calculez pas au plus juste il serait dommage de louper votre vol 🙂 Nous avons pris les speed boat jaunes de la compagnie « Speed Ferry Cambodia ». Le service était bon, ça a juste secoué au retour quand la mer était un peu agitée.

Koh Rong Sanloem, bienvenue sur les plages du Cambodge !

Nous n’avions pas choisi les îles Koh Rong au hasard, les photos donnaient une réelle envie de se plonger dans l’eau cristalline des plages du Cambodge qui baignent sous le soleil. Pourquoi Koh Rong Sanloem? Le petit truc en plus est sans aucun doute son caractère moins touristique. L’important est d’être au calme, à pouvoir buller toute la journée. C’est ça le rêve non?

Lorsque nous arrivons sur l’îles nous sommes tout de suite ébahis par le paysage, la plage immense et peu profonde sur une bonne cinquantaine de mètres, de quoi se faire une véritable baignoire naturelle. L’eau est chaude, tout est là. Notre hôtel est juste parfait : le « Sweet Dreams » tient bien ses promesses, je pense ne jamais avoir été aussi détendu de ma vie. Qui aurait cru que le Cambodge cachait de si belles plages?

Que faire à Kog Rong Sanloem?

Bien que sur une petite île on a vraiment le choix au niveau activités : bullage dans le hamac sur la plage, bullage sur hamac dans la mer, bullage sur les transat… Si vous avez avec vous des livres ou un kindle alors c’est juste le paradis. Dès qu’il fait trop chaud la baignoire naturelle est juste là devant vous, ou alors il y a tout simplement les arbres qui vous accueillerons pour vous faire part de leur ombre.

Si vous voulez un peu marcher, alors vous pouvez traverser l’île pour rejoindre l’autre rive et admirer le coucher de soleil, enfin, si le temps le permet 😉 Il y a un bar de l’autre côté, vous pourrez vous y détendre. La plage est très grande, on ne s’ennuie pas. Vous l’avez compris, vous ne vous ennuierez pas sur Koh Rong Sanloem, à condition bien sûr de rechercher la zénitude absolue..

Sihanoukville, la ville en travaux, pas les plus belles plages du Cambodge

Une fois nos quelques jours sur Koh Rong Sanloem terminés nous avons du revenir sur Sihanoukville afin de prendre l’avion pour revenir en France. Nous avons choisi de dormir sur terre pour éviter une mauvaise surprise en cas de mer agitée. En effet, le speed boat peut dans ces cas soir prendre du retard soit être annulé. Soyez donc prudent. Ce jour là d’ailleurs la mer était bien agitée et le speed boat de la compagnie est venu avec environ 1h de retard… Une fois dedans, le trajet a été plus long et surtout… agité… Tout le monde s’accrochait fermement à l’intérieur du bateau et certaines personnes vomissaient même. Ambiance. Nous quittons les plus belles plages du Cambodge pour arriver sur les plages de Sihanoukville, bien différentes.

Un paysage de désolation

De retour sur terre nous avons dormi dans l’hôtel Cloud 9 Bungalows qui n’était pas le meilleur hôtel que l’on ait fait. Un peu bizarre, heureusement la chambre était en hauteur et donnait une vue sur la mer. Je crois que les chinois ont complètement dévastés les lieux… Le bord de plage est totalement en construction, avec de gros immeuble qui vont certainement venir polluer les plages. Ils sont comme ça les chinois, ils ne s’occupent pas trop de là où ils sont, il détruisent pour construire leurs grands immeubles et faire de l’argent.

Sihanoukville ne ressemble pas à grand chose et pour sûr ce n’est pas là que vous prendrez votre pied au Cambodge, ni sur ses plages, elles ne vendent pas du rêve… Pas besoin de visiter la ville, il n’y a rien à voir à part un bordel généralisé au milieu des travaux. Les chinois se sont installés sur les lieux détruisant le Cambodge, ses plages, les rues, le tout pour faire de l’argent. C’est triste mais c’est comme ça. Heureusement nous avons simplement dormi une nuit afin de prendre le taxi le lendemain matin pour aller à l’aéroport. Pour trouver un taxi il suffit d’aller près de l’office du tourisme et en quelques secondes plusieurs chauffeurs vont se jeter sur vous afin de vous proposer la course. Les tarifs sont tous les mêmes pour aller à l’aéroport. Compter 25mn pour y arriver, pour 20$ pour deux personnes.


Le Cambodge et ses plages en résumé

Que faire au Cambodge?

Le Cambodge vous offrira tout ce que vous pouvez rechercher :

  • Si vous aimez les visites de musée, les temples et autres attractions du genre alors vous êtes au bon endroit. Les temples d’Angkor sont une merveille qu’il faut prendre le temps d’apprécier, pierre par pierre. Un endroit magique.
  • Pour la fête et la vie nocturne Siem Reap vous offrira ses bars, boîtes de nuit, marché de nuit, bref tout ce qu’il faut pour rentrer au petit matin avec un peu d’alcool dans le sang 😉
  • Vous recherchez le paradis sur terre? Alors foncez aux îles Koh Rong et trouvez celle qui vous correspond le mieux. Je suis sûr que vous trouverez facilement 🙂 Et profitez des plus belles plages du Cambodge.
  • Enfin si vous voulez rencontrer la population locale et faire de jolies rencontres alors alors faire un tour du côté du lac Tonlé qui accueil des villages flottants qui vous toucherons par le naturel de sa population.

Où dormir au Cambodge ?

Quelques bonnes adresses que nous avons appréciées durant notre séjour :

  • sur Koh rong Sanloem : l’hôtel Sweet Dreams
  • A Siem Reap : l’hôtel Okay 1 Villa n’est pas le plus bel hôtel que vous trouverez, mais il n’est pas très cher, on y mange bien, et surtout, il a une piscine sur le toit.

 

C’est en Novembre que nous avons fait nos valises pour notre voyage au Laos. Pour essayer d’en voir le maximum, nous avons traversé le Laos de Luang Prabang, un peu en-dessous du nord jusqu’au sud pour faire ensuite route vers le Cambodge. Etant parti au Vietnam il y a quelques années je rêvais de découvrir le Laos. Allait-on découvrir un pays aussi accueillant que le Vietnam?

Il nous a fallu plus d’un mois pour préparer le voyage au Laos de A à Z. Un défi puisque nous voulions absolument réserver tous nos hôtels. Nous en avons passé du temps sur booking.com 🙂 Ok c’est vrai c’est moins partir à l’aventure, enfin, en a l’impression comme ça. Mais avec nos sacs à dos nous ne voulions pas prendre de risques. On ne savait pas vraiment à quoi s’attendre. Mais en fait, à la fin, on s’est dit qu’on aurait pu lâcher du lest 🙂

Voici notre itinéraire que nous avons parcouru sur presque deux semaines. Ça secoue pas mal :

  • arrivé à Luang Prabang par avion
  • route vers Vang Vieng en mini-bus, attention aux bosses…
  • de nouveau bus vers la capital Vientiane
  • encore un bus pour Thakek, où nous avons enfourché une moto pour faire la boucle de Takhek durant 4 jours
  • puis bus pour Pakse pour prendre l’avion vers le Cambodge

Début de notre voyage au Laos, arrivée à Luang Prabang,

C’est donc à Luang Prabang que nous atterrissons au Laos. Il nous faut prendre un taxi pour rejoindre notre hôtel dans le centre, et c’est plutôt cher. 5€ par personne pour le taxi alors que nous n’avons que quelques kilomètres à faire. Les laotiens ont senti le filon 😉 Dans tous les cas, tout est très bien organisé et dès la sortie on vous attends sagement pour vous demander si vous avez besoin d’un taxi. Si c’est le cas, on vous donne un ticket et en sortant un taxi vous attends. Plutôt efficace.

Arrivé dans le centre nous découvrons une ville entourée par les eaux entre le Mekong et ses affluents. Nous avons choisi de dormir à la Villa Kee Lee que nous avons trouvé sur booking.com. C’est un peu cher mais vraiment sympa. Nous déposons nos bagages pour faire une petite sieste car le trajet était assez éprouvant, et surtout on a le décalage horaire dans la tête. Ouch.

Après une petite sieste nous décidons de sortir visiter la ville, car nous n’aurons qu’une demi-journée à Luang Prabang. Je sais c’est court, mais le planning est chargé. Nous décidons donc d’aller visiter le temple d’or de la ville, Wat Xieng Thong, puis de marcher vers la colline pour voir le coucher du soleil sur le Mekong, et enfin terminer par une balade dans le marché couvert. Bref, pas le temps de s’endormir.

Wat Xieng Thong, un temple chaleureux

Nous commençons notre visite par le temple d’or, véritable bijoux au cœur de la ville. L’entrée n’est vraiment pas chère, comptez 20000  kips par personne. Une fois dedans, il n’y a pas 36 trucs à faire, mais ce que l’on voit est largement suffisant pour s’émerveiller. Vous y découvrirez notamment le char royal ainsi que le magnifique arbre de vie à l’arrière du temple. Conçu en 1560, ce temple est considéré comme le plus élégant du pays. Raison de plus d’y aller 🙂

Une fois sortis du temple nous profitons de nous balader dans la rue pour découvrir les autres temples environnant. Tous différents ils sont impressionnants de détail. Certains sont gratuits d’autres non. L’essentiel est de prendre son temps d’apprécier le calme qu’ils apportent et tous les petits détails qui font leur beauté. Le Laos offre des temples incroyablement beaux, un vrai régale de voir ce niveau de détail dans les décorations.

Coucher de soleil sur le Mékong

A l’hôtel le réceptionniste nous a conseillé d’aller sur la colline afin d’admirer le coucher de soleil sur le Mékong. Nous voilà partis en fin d’après-midi pour cette fameuse colline ne sachant pas à quoi s’attendre. Nous sommes vraiment surpris lorsque nous arrivons en bas des escaliers, on ne pensait pas que ce serait si haut. L’entrée est de 20000 kip par personne, c’est pas vraiment cher. Après avoir monté pas mal de marches nous arrivons en haut et commençons à entrevoir le potentiel du lieu. C’est pas mal, de là-haut on peut voir la ville sur 360° et se reposer sur les marches pour profiter du lieu. On va d’ailleurs rester un bon bout de temps jusqu’au coucher du soleil, à discuter tranquillement en profitant de la vue du Mékong juste en dessous. Le coucher de soleil est très beau. Attention, dès que le soleil commence à tomber le sommet commence à se remplir de monde donc essayez d’y être un peu avant car après c’est le gros bordel.

L’animation du marché de nuit

La nuit tombée nous descendons les marches pour rejoindre le marché de nuit qui se tient en bas de la colline. C’est très animé et on peut vraiment passer pas mal de temps à flâner devant le nombre incroyable de choses différentes qui se vendent. Ce qui est très agréable c’est que les laotiens sont très calme et ne vous agressent pas durant la visite du marché. On peut donc tranquillement regarder les objets et apprécier. Tout le respect du Laos.

Commençant à sentir la faim depuis notre arrivée il était temps de remettre notre bon estomac en place. Pour cela, rien de tel que de manger pour presque rien au marché de nuit. Ok, on se dit ça va être chaud pour l’estomac, il est pas encore habitué à la nourriture locale. Bah… On tente. Le tout, c’est d’éviter la viande et les trucs rincés à l’eau et pas cuit. Bingo! Il existe un menu « végétarien » à presque rien. Quand je dis presque rien, c’est vraiment presque rien 🙂 15000kip par personne. N’hésitez pas à prendre votre temps pour choisir, il y a plein de buffets différents. Pour le trouver il suffit d’aller jusqu’à la fin du marché et de tourner à droite en s’engouffrant dans une ruelle couverte. Vous ne pourrez pas la louper de toute façon, il a des écriteaux partout! C’est ça l’ambiance du Laos/

 

Découverte de Vang Vieng, moment fort de notre voyage au Laos

Nous choisissons de rester 3 jours à Vang Vieng, car il y a beaucoup de choses à faire. Encore une fois, même si nous regrettons de ne pas être resté plus longtemps à Luang Prabang nous avons du faire des choix. Vang Vieng est une petite ville qui siège au bord de la rivière Nam Song. Elle est entourée d’impressionnantes montagnes calcaires et de grottes mais aussi de lagon tous aussi bleus les uns que les autres. C’est ce qui va principalement animer nos trois jours sur place.

Pour arriver à Vang Vieng nous avons pris un mini-bus à Luang Prabang. Nous sommes parti tôt le matin, vers 7h afin de pouvoir profiter un peu de la journée sur place. Je vous le dit tout de suite, le trajet n’est pas agréable. Le tronçon de route entre les deux villes est indigeste, rempli de trous et de bosses avec beaucoup de sections en travaux. On est secoué presque du début à la fin. Mais bon, ça fait aussi partie du charme sauvage du Laos. Le mini-bus ne nous a pas coûté grand chose : 130000 kip par pers pour le voyage qui dure environ 5h. Et même si la route est remplie de bosses, les paysages sont superbes, avec beaucoup de montagnes calcaires.

Terrasse en face des montagnes

Arrivé vers 14h à l’hôtel Maylin Guest House, nous nous posons un peu au borde de la terrasse de notre bungalow avec en face de nous comme paysage des magnifiques montagnes calcaires du Laos. C’est juste le paradis : c’est calme et reposant, juste ce qu’il nous fallait pour reprendre des forces après le voyage. Après un peu de repos nous décidons de partir en promenade pour profiter un peu avant la tombée de la nuit. Notez que pour arriver à l’hôtel il faut traverser un pont payant. Une broutille mais sachez qu’il existe un autre pont gratuit un peu plus loin qui permet de contourner ce pont.

Nous partons en mode découverte pour apprécier les lieux. Tout d’abord nous recherchons la « Tiger Cave », une toute petite grotte qui nous aura fait chercher un peu de temps 🙂 Ensuite, nous marchons dans les rizières et profitons du coucher de soleil sur les montagnes. Fatigué, nous allons chercher nos bières au restaurant de l’hôtel, bien méritées!

Se rafraîchir aux blue lagoons..

Impossible de s’ennuyer à Vang Vieng, il y a beaucoup à faire. Si vous restez plusieurs jours, alors louer un scooter, généralement 100cm3 pour vous balader autour de la ville et aller découvrir les blue lagoon et les grottes. Comptez environ 70000 kip pour la location à la journée. C’est vraiment bien indiqué et les routes, bien que cabossées, sont praticables et propres. Nous avons choisi de faire deux blue lagoon et une grotte lors de cette journée. Nous irons aux blue lagoon 1 et 3 et visiterons la grotte Tham Phu Kham du blue lagoon 1.

Sur place, au blue lagoon 1 nous payons 10000 kip l’entrée. On nous garde même notre scooter pour ce prix. Là nous découvrons un charmant lagon bleu assez profond et large. La couleur est fantastique. Ce que nous découvrons aussi est que la population sur place est… très chinoise. En effet il semble que ce lagon est à priori très apprécié des chinois. Pas grave, car nous sommes surtout venu pour la grotte. Nous nous dirigeons donc vers elle. Pour y arriver ça grimpe sévère mais heureusement pas trop longtemps. C’est un peu un parcours de combattant, mieux vaut ne pas avoir le vertige.

..et visiter la grotte

La grotte est très grande, on est directement dans l’univers de Lara Croft. Elle est en deux parties, une première qui bénéficie de la lumière grâce à la grande ouverture qui éclaire entre autre un Bouddha allongé sur un lit. Une deuxième partie qui s’enfonce dans le noir et nous fait découvrir de magnifique pierres brillantes. faites-le sans hésiter, on y passe facilement plus d’une heure à l’intérieur à se balader en partie dans le noir. N’oubliez pas votre lampe frontale, c’est indispensable. De retour en bas nous mangeons sur place mais nous ne nous baignerons pas ici. Il y a quand même pas mal de monde et la zone de baignade n’est pas si grande. C’est un peu le bordel car les gens sautent des arbres bref, on s’en va. Nous reprenons notre scooter pour aller au blue lagoon 3 à quelques kilomètres. La route est cabossée mais on kiffe vraiment les paysages, ce n’est donc pas gênant.

Nous arrivons au blue lagoon 3 et nous découvrons une magnifique oasis d’eau d’un bleu pure au pied d’une montagne. Une véritable piscine naturelle s’offre à nous avec tous les équipements dont vous avez besoin : tyroliennes, tables, snack, tout pour passer un après-midi extra pour seulement 10000kip l’entrée avec parking pour le scooter, juste à côté. L’endroit est super et très calme, il n’y a que quelques touristes qui s’amusent, français en plus! L’eau est assez fraiche mais une fois dedans tout va bien, on est bien là 🙂 Est-ce qu’il va vraiment falloir partir? Et oui, toutes les bonnes choses on une fin. Nous reprenons la route pour l’hôtel et faisons quelques stops par-ci par-là afin de profiter du soleil couchant.

Kayak et dîner sur la rivière Nam Song

Pour notre dernier jour à Vang Vieng nous avons choisi de le passer sur et au bord de la rivière Nam Song. Tout d’abord nous réservons des kayak (220000 kip pour deux) pour faire deux heures de balade sur la rivière. Une bonne balade, attention, parfois c’est bien mouvementé avec les rapides, mais rien de bien dangereux. Si vous voulez réserver ne vous inquiétez pas il suffit d’aller au centre ville et vous trouverez un grand nombre de loueur sur place, tous un peu près au même prix. Pour notre part nous étions seulement tous les deux accompagné par un guide sur son kayak. A la fin de la balade le guide nous stop dans un de ces fameux bars qui sont au bord de la rivière et où les européens viennent faire la fête. C’est sympa, il y a tyrolienne, bière du Laos et musique. Nickel pour terminer la journée. Nous revenons en tuk-tuk de la compagnie dans le centre de Vang Vieng.

En soirée, nous décidons de manger au bord de l’eau et de profiter du magnifique ciel dégagé et de la température agréable du soir. Pour cela nous nous retrouvons sur le bord ouest de la rivière, un peu près en face de l’hôtel « The Elephant Crossing ». Là il y a plusieurs restaurant qui bordent la rivère. Marchez jusqu’au pont, près de « l’Otherside Bungalow » pour vous arrêter manger. C’est plutôt sympa, pas cher, et vous pourrez même lancer un lampion dans les airs pour quelques kip. Bonheur assuré pour 70000 kip seulement. Nous rentrons à l’hôtel pour notre dernière nuit à Vang Vieng où les trois jours que nous avons passés étaient bien trop courts.

 

Vientiane, faut l’inclure dans votre voyage au Laos?

Après le paradis offert par Vang Vieng nous nous sommes dirigé vers Ventiane, capitale du Laos, pour une journée afin de faire un stop avant d’aller à Thakhek. Nous avons donc pris le minibus au départ de Vang Vieng à 7h du matin. Réveil un peu dur mais une fois dans le minibus tout va bien. Pour le minibus comptez environ 220000 kip pour deux, c’est vraiment pas cher, pour environ 5h de trajet.

Arrivé à Ventiane, nous étions loin de nous douter que la journée serait aussi foireuse. Déjà le minibus nous lâche à la gare routière excentrée de la ville. Et notre hôtel est assez loin. On a un peu mal calculé notre coup. Après négociations hardus avec les tukTuk qui essayent de nous enfler nous finissons finalement dans un taxi qui nous prend environ 15€ pour nous amener à l’hôtel. Le problème est en fait dans le choix de l’hôtel lui-même, nous nous sommes complètement trompés. Nous vons pris un hôtel bien trop excentré de la ville, qui est quand même bien grande. La raison est que nous avions choisi cette hôtel afin d’être entre le Buddha Park et la gare routière pour partir à Thakhek…

Le taxi nous amène dans un parc d’attraction… Qui en fait ne prend pas de touriste pour dormir en semaine. Un grand merci à booking.com au passage pour nous avoir permis de réserver l’hôtel. Bref, grâce à la gentillesse des laotiens nous nous retrouvons dans un nouvel hôtel juste en face de la gare routière. C’est bruyant mais pratique pour le lendemain matin. Ventiane ne restera pas le meilleur moment de notre voyage au Laos…

Le Buddha Park, bien mais…

La seule attraction que nous avons réussie à faire de la journée fut le Buddha Park. Et je pense que nous avons eu plus de temps de trajet pour y aller que la visite du parc en elle-même. Le parc est plutôt joli, mais relativement petit. L’entrée coûte 20000 kip par personne et nous laisse un peu sur notre faim. Nous nous attendions à quelque chose de plus grand, la visite a duré environ 45mn.

Le retour à Ventiane peut se faire en bus. Un bus attend à la sortie du parc et passe régulièrement. Il me semble de souvenir que le prix est de 8000 kip par personne pour aller au centre de Ventiane. Bien moins cher que le TukTuk mais assez long à cause des arrêts. C’est après être revenu en ville que nous prendrons notre dernier TukTuk pour revenir à notre hôtel, fatigué et lassé de cette journée. Le lendemain nous programmons notre départ en bus vers 6h du matin, car le trajet pour Thakhek est assez long.

La boucle de Thakhek, ou le voyage dans le voyage au Laos

La boucle de Thakhek, c’est une des autres merveilles de notre voyage au Laos. Avant de se lancer nous avons lu pas mal de blog afin de voir si c’était jouable ou pas. Car quand on le lit on a l’impression que l’on part avec pas grand chose pour un voyage de 3 jours au Laos, et on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre. Au final, avec le recul, cette boucle est très facile à faire et elle vous enchantera. Partir avec comme seuls affaires un sac à dos oblige à bien réfléchir 🙂

Pour voir les détails de notre trajet et de notre aventure je vous propose de suivre le lien vers l’article dédié à la boucle de Thakhek. C’était un peu trop long pour le laisser ici en entier, alors pour le suivre, c’est ici : La boucle de Thakhek en 3 jours

 

Bus vers Pacsé pour terminer notre voyage au Laos

Avec des images plein les yeux nous quittons Thakhek au matin pour nous rendre à Pacsé d’où nous prendrons notre avion pour le Cambodge. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce chemin qui mène à Pacsé dans un bus local est une attraction à lui tout seul! Le bus en lui-même n’est pas tout jeune, mais le confort est là quand même, même si c’est un peu serré. Le spectacle, se sont les arrêts permanents durant lesquels des commerçants ambulants viennent vous vendre toutes sorte de nourriture et boisson dont la fraîcheur est plus que douteuse. Voilà ces femmes qui rentrent dans le bus en criant en laotien, poulets rôtis en brochettes à la main, les unes derrière les autres. La où je me questionne encore c’est qu’il y a bien des gens qui achètent et qui mangent alors dans le bus en essuyant le gras de leurs doigts sur les sièges. C’est festival!

Ce qui vaut aussi le détour, ce sont les sourires des enfants qui montent dans le bus pour une partie du trajet. Très beau souvenir de notre voyage au Laos. Encore une fois toute la gentillesse du Laos se sent ici. Arrivés à Pacsé, nous prenons un Tuk Tuk qui nous emmène au centre. N’hésitez pas à partager avec les autres voyageurs car les tarifs sont élevés et uniques! Donc que vous soyez deux ou dix ce sera le même prix. Ne pensez pas à y aller à pied, la route est bien trop longue, ça ne vaut pas la peine pour économiser quelques euros.

Qui y-a-t-il à voir à Paksé?

En arrivant à Pacsé on se dit que cette ville ne va pas envoyer du rêve. Les rues ne sont pas particulièrement belles, on sent ici aussi que la ville s’est développée, surtout par la présence des chinois, encore ici pour faire de l’argent et mettre leur drapeau partout. Pas forcement notre plus beau souvenir de notre voyage au Laos. On se balade un peu et on quitte vite le centre ville pour aller voir les quartiers populaires. Nous arrivons au bord de l’eau où nous admirons un magnifique couché de soleil qui nous laisse sur place pendant quelques minutes, tellement les couleurs sont magnifiques. Le soir, nous mangeons dans un petit snack en prenant soin cette fois-ci de boire de l’eau en bouteille 😉

Le lendemain matin, Amande me propose d’aller voir le Tak Bat, cette quête matinale des moines qui vont chercher du riz auprès des habitants. Nous nous levons un peu avant 6h pour nous rendre au temple de la ville, le temple « Wat Luang », très beau temple au bord de la rivière qui traverse la ville. Devant le temple, nous attendons sagement que les moines sortent pour les suivre dans leur quête matinale. Nous restons bien à l’écart pour ne pas jouer les touristes intrusifs et respecter ce moment. Après une bonne demie-heure nous les quittons avec de belles images dans la tête. Voir les habitants faire humblement ces offrandes est très beau à voir.


Notre voyage au Laos en résumé

Où dormir au Laos?

Dormir au Laos est très facile et surtout pas cher du tout. Si vous avez un peu de temps aller faire un tour sur booking.com afin de mieux sélectionner vos hôtels ou guesthouses. Ce que nous avons retenu de notre voyage au Laos :
A Thalang : Sabaidee Guesthouse pour faire un stop lors de la boucle
– Le Springs River Resort à Kong Lor
– Le Maylin Guest House à Ventiane

A ne pas manquer au Laos

Voici quelques lieux incontournables du Laos qu’il ne faut surtout pas manquer lors de votre voyage :
Luang Prabang, pour apprécier la zénitude du Laos en visitant les temples et le marché de nuit
Vang Vieng, incontournable du Laos pour les blue lagoon, les grottes, et la douceur de vivre
– La boucle de Thakehk, incontournable, une expérience à moto que vous n’oublierez jamais
– Les laotiens, ils sont si gentils, ils méritent d’être connus

La Toscane, ou la douceur de vivre

10 jours. C’est le temps de notre roadtrip en camping-car à travers la Toscane. Pour être honnête, pas tout à fait que la Toscane, mais aussi un peu de la Ligurie, où nous avons visité les 5 terres. Mais trève de blabla, voyons plus en détail notre itinéraire en Toscane.

  1. Nous débutons l’aventure par les Cinque Terre où nous restons environ deux jours. C’est peu mais déjà pas mal. Pour lire la suite, c’est ici
  2. Nous continuons notre trajet vers Lucques et Pise, deux villes qui valent le détour.
  3. Nous arrivons ensuite officiellement en Toscane, et commençons notre visite par Volterra et San Gimignano.
  4. Puis nous faisons route plus au Sud vers Montalcino et Montepulciano pour profiter du bon vin et de la bonne bouffe 🙂
  5. Enfin nous remontons vers le Florence, en passant par la région du Chianti.

Ci-dessous notre itinéraire, que nous avons fait avec Georges, notre camping-car. Nous avons dormi en camping et dans des aires de camping-car. Pour trouver les campings et les aires de camping-car nous avons utilisé des applications mobiles comme Aire CC qui est devenu maintenant payant et Park4Night, totalement gratuit. Aujourd’hui nous n’utilisons plus que Park4Night et essayons au maximum de contribuer afin de partager nos expériences. Si vous voyez un BLH dans les commentaires, c’est moi 🙂

Lucques et ses remparts

L’aventure commence donc par les Cinque Terres dont vous pouvez trouver tous les détails dans un article dédié (c’est ici). Une fois les Cinque Terre visitées nous prenons la route vers Lucques et Pise, deux villes dont nous avons lu pas mal de bien.

Pour Lucques, tout avait bien commencé lorsque nous arrivons en ville sous le soleil. Pour se garer gratuitement nous choisissons de nous éloigner un peu du centre pour garer Georges sur un parking de supermarché. C’est safe et nous avons seulement une dizaine de minutes pour arriver au centre.

Lucques c’est une ville fortifiée vachement jolie. De vrais remparts entourent toute la cité, et une fois à l’intérieur on se sent comme en sécurité de l’envahisseur. Sauf qu’il n’y a plus d’envahisseur.. Nous allons directement au centre pour trouver à manger car il fait faim. Un petit tour sur Trip Advisor pour trouver un endroit sympa où se poser et surtout pouvoir manger local. Sinon c’est pas drôle. Ni une ni deux nous voilà avec des Focaccia dans la bouche directement au Paradis avec un grand P…

Lucques propose des ruelles sympathiques bourrées de commerce où l’on trouve de tout. Ne vous attendez pas à un centre ville géant tout reste quand même dans des proportions raisonnables. Pas trop le temps de visiter que la pluie arrive assez vite et là on prend vraiment cher. Rinçage complet qui nous oblige à nous mettre à l’abri. Et quoi de mieux qu’un bon bar à vin pour se mettre à l’abri 🙂

Une fois la pluie calmé nous reprenons la visite des ruelles et allons faire un tour du côté des remparts. Vous pouvez le voir sur les photos, la pluie ne nous a pas lâché comme ça. Pas grave, on est en vacance et avec une dose de bonne humeur et un parapluie multicolore à 2 balles y’a moyen de passer le temps.

Pise, ça y est, on va enfin la voir!

Et oui, qui n’a pas entendu parler de la tour de Pise. Une sorte de mythe que nous avions en tête depuis pas mal de temps. Il était temps de la démystifier.

Route vers Pise donc pour aller découvrir cette fameuse dame penchée. On gare Georges dans un parking pour camping-car et nous marchons vers le site, qui se trouve quand même assez loin, environ 25mn de marche, sous la pluie… Arrivé sur place on est assez surpris par la tour. Elle est quand même assez petite 🙂 Le site en lui-même ne contient pas que la tour. Celle-ci trône juste devant la cathédrale de Pise, majestueuse et l’église du Christ, magnifique également. Vous pouvez facilement prendre vos tickets pour visiter les trois, tout dépend du temps que vous avez à consacrer au site. Nous concernant, nous devions reprendre la route en fin de journée, nous avons donc choisi de visiter uniquement la tour, puis d’aller se balader dans les ruelles de Pise ensuite.

Bien sûr on ne peut pas visiter la tour sans le rituel du « photo montage » devant la tour. En bons touristes de base que nous sommes nous allons passer au moins une bonne demi-heure devant la tour à essayer de trouver des poses improbables. L’imagination n’était pas vraiment au Rendez-vous, mais on s’est bien marrés. Jugez par vous-même 🙂

Visitez la!

La visite de la tour en elle-même est plutôt sympa, mais attention, on est vite surpris par son « contenu ». La tour est en effet vide, elle a été vidée afin de pouvoir la restaurer et la faire tenir. Son inclinaison est impressionnante, on se demande comme elle ne se casse pas la gueule. Après quelques lectures on se rend compte des millions d’euros qui ont été investit pour la faire tenir. De nombreux renfort on été construit et ses fondations on été modifiées plusieurs fois. C’est un gros travail d’ingénierie qui a été fait. Grimper en haut demande quelques efforts, mais c’est jouable pour n’importe qui. L’inclinaison de la tour se sent lorsqu’on monte les escalier, c’est assez surprenant. Une fois en haut de la tour on peut observer une vue panoramique de Pise avec en premier plan la cathédrale et les jolies ruelles étriquées. Ça vaut le détour, même si le tarif est un peu élevé 😉

Une fois redescendu il se fait faim et nous décidons d’essayer de trouver un restaurant permettant à Amande de manger une pizza sans gluten. Nous trouver un bon petit restau qui nous a servi certainement à ce jour la meilleure pizza sans gluten qu’on ait mangé : L’Osteria In Domo.

Route vers le cœur de la Toscane en camping-car

La cité médiévale de Volterra

Nous quittons Pise et la pluie pour faire route vers le coeur de la Toscane cette fois, pour de vrai. Le paysage change peu à peu, mais pour être hônnete, on ne sait pas trop à quoi s’attendre. On entend souvent parler de la Toscane, cette région magique, on a l’image des cyprès en tête… En route nous nous arrêtons chez un paysan pour discuter un peu et surtout faire notre provision d’huile d’olive pour les vacances. Nous tombons sur un paysan amoureux de ses terres qui nous explique dans tous les détails son exploitation d’huile ainsi que son élevage de cochons. C’est génial, on apprend beaucoup. Nous prenons un peu de temps pour déguster ses huiles et choisir quelques bouteille. Huile et saucisson en poche nous reprenons la route pour Volterra, notre premier stop Toscan.

C’est au camping Le Balze que nous posons notre camping-car. Il est suffisamment près pour se rendre à pied au centre-ville. Après quelques dizaines de minutes de marche nous arrivons dans la cité médiévale et ses petites ruelles. Perdez-vous dans les ruelles et profitez de leur atmosphère. On tombe forcément à un moment sur les choses incontournables à faire comme la Piazza dei Prior, le théatre romain ou encore le Duomo et le campanile. Arrêtez-vous dans les boutiques pour acheter quelques souvenirs et surtout, surtout, faire le tour dans une boucherie pour manger local 🙂 Nous avons préparé notre repas comme ça, en revenant avec du fromage et de la charcuterie. Elle est pas belle la vie?

San Gimignano et ses maisons-tours

Il est temps de plier baguage pour notre prochaine destination : San Gimignano. De la route on voit déjà qu’il va y avoir du spectacle. Ses tours sont visibles de loin debout et bien droites. D’ailleurs, c’est assez troublant de voir ces immeubles « médiévaux » à cette hauteur. Le point noir, c’est pour se garer. C’est vraiment le bordel. Pour pouvoir garer notre camping-car nous devons aller dans un parking hors de la ville et assez loin. Heureusement un bus passe de temps en temps à partir de se parking. Mieux vaut ne pas le louper car il passe assez rarement.

Arrivé en ville on est sous le charme. La cité est grande avec de nombreuses ruelles dominées par les maisons-tours. Prenez une glace sur la place centrale, la Place de la Cisterna avant de repartir dans les ruelles. Flanez dans les magasins pour découvrir les produits locaux et terminez dans un bar à boire un bon café ou une bonne tisane. La pluie fait son retour, nous stoppons alors pour prendre un verre en attendant la pluie pour pouvoir reprendre la route vers notre prochain point de chute : Montalcino.

Montalcino et ses excellents vins

Cap donc tout d’abord vers Montalcino. Pour ceux qui ne connaissent pas c’est une ville produisant d’excellents vins rouges Italiens. Nous décidons de passer la nuit en agri-tourisme, au domaine Podere Il Coco, très bien noté apparemment. Et bien oui, nous n’avons pas été déçu. Après avoir placé Georges le camping-car entre les pins, nous avons réservé une table pour deux au domaine. Nous avons mangé comme des rois une cuisine excellente. Pour le vin, nous avons dégusté le magnifique Brunello di Montalcino qui nous a directement envoyé au paradis, sur un petit nuage. Quelle soirée. C’est rare de manger aussi bien le tout dans un cadre campagnard avec des gens que vous ne connaissez pas, à la même table.

Le ventre bien rempli et après avoir discuté avec des allemands à notre table, nous rentrons au camping-car pour dormir au pied des vignes du vignoble, dans un calme absolu. C’est ça la Toscane, profiter de la bonne cuisine et des bons vins. Profitez absolument des deux stars locales que sont le Rosso di Montalcino et le Brunello di Montalcino. Vous ne serez pas déçu. A ce stade du voyage nous atteignons le point le plus bas de notre itinéraire et nous décidons alors de faire route vers Montepulciano, le lendemain matin, autre haut-lieu du vin Toscan.

Les bains de San Filipo : la baleine blanche

Sur la route pour aller à Montepulciano nous faisons un stop aux bains de San Filipo, dit les bains de la « baleine blanche ».  Cette route est magnifique et représente pour moi l’idée que je me suis toujours faite de la Toscane. Des champs de blé à perte de vue, des cyprès. C’est magique et on se sent vraiment bien. Après quelques recherches sur Internet nous avons vu que ces bains sont gratuits et que l’eau est chaude. Il fait très beau ce jour là alors nous décidons d’y passer une bonne partie de la journée pour mettre un peu les pieds dans l’eau durant notre voyage. Il est assez facile de s’y garer même si le parking est très en pente. Comptez quelques euros pour plusieurs heures aux bains, ce n’est vraiment pas très cher, surtout qu’il n’y a pas d’entrée à payer. C’est cool.

Sur place nous essayons plusieurs « baignoirs » avant d’aller voir la baleine blanche. C’est tellement reposant! L’eau est chaude et on est vraiment comme dans une baignoire. On pourrait rester là toute la journée sans problèmes. Après quelques heures de bullage intégral, nous allons voir quelques mètres plus bas la fameuse baleine blanche. Wow. C’est beau. C’est blanc, massif et le juste impressionnant.

Montepulciano, le grand frère

Montepulciano est encore plus grand que Montalcino. Là ou Montalcino compte environ 5000 habitants, Montepulciano en compte le triple. Après un peu de recherches nous trouvons un point où garer Georges sans payer 😉 Nous marchons un peu pour remonter vers le centre et prendre un peu de temps pour visiter la ville. On retombe sous le charme des cités médiévales. Nous prenons un peu de temps pour faire quelques caves et acheter un peu de vin. On retrouve les mêmes dénominations qu’à Montalcino, à savoir le Rosso et le Brunello. Nous mangeons sur place et reprenons déjà la route pour cette fois-ci la région du Chianti.

La région du Chianti, la Toscane en photo

Il est temps de remonter vers Florence en passant par la région du Chianti. Nous avons planifié de nous arrêter à Radda et Greve, deux ville qui apparemment valent le détour. Nous allons voir cela de plus près 🙂

Radda, petite ville sur les hauteurs

Changement de décors avec l’apparition de plus en plus de vignobles. Radda est entourée de vignes. On se retrouve à 500m d’altitude dans une petite ville d’environ 1600 habitants. Radda est sur une sorte de crète et de chaque côté les paysages sont très beaux. Vignes d’un côté, grandes plaines de l’autre. C’est sûr, il faut aller randonner.

Nous posons le camping-car dans le parking d’un restaurant au milieu des vignes et partons en randonnée. On est pas déçu! Après avoir pris un petit chemin sue une crête qui fait face à la ville nous redescendons par les vignes pour revenir en ville. Nous tombons sur un champ de coquelicots où nous faisons quelques photos puis remontons vers Radda. Après un peut de temps pour retrouver un chemin pour remonter, nous arrivons en ville sous un soleil de plomb. Il faut savoir que pour protéger les vignes des bêtes sauvages de grandes clôtures sont installées tout le long des vignes. Il est parfois difficile de les traverser 🙂

La ville est charmante et très petite. Nous passons un peu de temps au centre et nous arrêtons dans un petit restaurant pour manger en terrasse. Nous reprenons ensuite notre petit tour en ville pour admirer la vie sur les collines environnantes. C’est vraiment pas mal. Plutôt content nous reprenons la route pour retrouver Greve.

Greve in Chianti et ses villages

Arrivé à Greve nous garons le camping-car à l’entrée de la ville au bord d’un terrain de foot. Nous marchons un peu pour rejoindre le centre et nous découvrons une ville très différente de Radda. Le centre est très grand avec une grande place remplie de pavées. Greve c’est environ 13000 habitants, on n’est plus dans la même configuration que Radda, c’est tout de suite moins abordable.

Montefioralle, le coup de coeur

Comme la ville ne nous plaît pas plus que ça, nous décidons d’aller randonnée dans les vignes. Petit tour sur Komoot, mon application de randonnées favorite, et nous trouver une petite randonnée sympa. C’est parti. La randonnée part de la place de ville pour monter petit à petit vers les collines. Nous passons par plusieurs paysages dont la forêt pour finalement arriver aux vignes et atteindre Montefioralle, un village sur les hauteurs.

Montefiroalle est un des plus anciens village de Toscane et il est encore entouré par ses murs d’origine. Quel régal de se balader parmi ses ruelles étroites. Le village est calme et on prend notre temps pour visiter le moindre recoin. Montefioralle restera parmi nos endroits préférés de Toscane, sans aucun doute.


La Toscane en résumé

Où manger en Toscane?

Parmi les bonnes adresses que nous avons testé en Toscane, il y a :

  • Podere Il Cocco : noté 5 sur 5 sur TripAdvisoir pour presque 300 commentaires. C’est vous dire la performance de cet agritourisme d’une qualité exceptionnelle. Si vous passez dans le coin de Montepulciano il faut absolument dîner là-bas, voir même y dormir. Ou vous servira un vin exceptionnel et des mets de qualité, locaux qui plus est.
  • L’Osteria In Domo : je n’irais pas dire que c’est le restaurant du siècle, mais si vous cherchez des pizzas sans gluten à Pise alors vous ne serez pas déçu. A tester à midi.

A ne pas manquer en Toscane :

  • La tour de Pise, il faut la voir, c’est certain et flâner dans les ruelles de la ville.
  • L’agritourisme : vous trouverez sur votre route des fermes qui vendent de fantastiques produits locaux. Huile d’olive, saucisson, vin, formage de qualités, tout est là pour se faire des repas à la bonne franquette avec des produits magnifiques.
  • La ville de Lucques et ses remparts. Une demie-journée devrait suffire pour vous laisser le temps de se balader dans son centre historique et buller aux terrasses des cafés.
  • Il bagno San Filipo : si vous voulez vous raffraichir alors foncez aux bains. S’assoir dans les baignoires naturelles est un véritable paradis et on y resterait des heures sans hésiter.
  • Dégustation de vins : et oui, il serait dommage de ne pas apprécier à sa juste valeur les Rosso di Montalcino ou Montepulciano, mais encore plus les Brunello qui sont des vins exceptionnels.
  • Montefiorale : ce village haut perché près de Greve in Chianti et tout simplement unique. Se balader dans ses ruelles amène calme et sérénité. On est bien.

 

Slovaquie, tant de choses à découvrir!

Cela faisait un bon bout de temps que ça nous trottait dans la tête. C’est en Août 2018 que nous sommes passé avec Georges en Slovaquie, lors d’un roadtrip plus large qui nous a fait passer par l’Allemagne, puis la Pologne, la Slovaquie et enfin la République Tchèque. Hein? Georges? C’est qui ça? Georges c’est notre camping-car. Georges il est plus tout jeune. C’est un Chausson Welcome 85 qui date de 2006 et qui roule comme un charme. Georges il est cool. Il nous permet de voyager pour pas trop cher, car voyager vous le savez, ça coûte cher… Je vous présenterais Georges plus en détail plus tard. D’abord, revenons à l’essentiel, la Slovaquie.

Qu’est-ce qu’on a fait en Slovaquie?

Nous nous sommes concoctés un itinéraire d’environ 5 jours en Slovaquie :

  1. Nous sommes entrés en Slovaquie par la Pologne, au niveau des montagne Tatras.
  2. Puis nous avons fait un petit détour par l’Est, par le château de Spis, pour revenir ensuite sur le paradis slovaque et les gorges de Sucha Bella.
  3. Route vers les Tatras de nouveau, pour randonner autour du lac de Pleso.
  4. Cap à l’Ouest, vers les Mala Fatra, une petite chaîne de montagne, afin de randonner sur la crête de Chleb.
  5. Enfin nous finissons vers l’Ouest, pour rejoindre la République Tchèque, par une visite d’un village typique : Cicmany.

Programme chargé donc, qui donne ceci sur la carte :

N’hésitez pas à zoomer sur la carte afin de voir plus de détail notamment par rapport aux parcs naturels. Le programme a été relativement équilibré avec de la randonnée dans les Tatra et Fatras, de la visite de ville, des villages traditionnels et aussi de la Via Ferrata. En route pour plus de détails.

Arrivée à Kezmarok et visite du château de Spis

Nous traversons donc la frontière pour arriver en Slovaquie. L’accueil est assez étrange, nous croisons pas mal de réfugiés en train de vendre des champignons sur le bord de la route. Nous découvrons après quelques recherches que la Slovaquie doit assurer son quota de réfugiés au niveau de l’Europe. Ambiance.
Ayant pas mal marché les derniers jours on décide alors de se la joueur plus cool, et nous faisons cap vers Kezmarok, charmante ville de petite taille mais remplie de choses intéressantes à voir.
Nous nous garons aux abords de la ville et marchons un peu pour la visiter. C’est très coloré et ça vaut le détour au niveau architecture, il y a de jolies choses à voir. A retenir ici :
– l’église en bois : attention à bien regarder les heures de visite, car sinon, comme nous, vous ne pourrez pas y aller…
– l’église évangélique
– le centre ville : la grande rue est agréable, pleine de couleurs, et à taille humaine
– le château : rien de spécial ici, nous sommes simplement rentré dans la cours
– les ruelles : n’hésitez pas à flâner dans les ruelles, elles sont très jolies

Route vers le splendide château de Spis

Une fois la visite de la ville terminée, nous faisons route vers Spis afin de visiter le château. Nous l’avons vu sur des prospectus disponibles à l’office du tourisme de Kezmarok. Les routes sont plutôt bonnes en Slovaquie et nous devons prendre une vignette pour avoir le droit d’utiliser les autoroutes. Pas de panique, la vignette n’est pas chère et vous pouvez l’acheter en ligne, c’est plutôt bien fait. Comptez une dizaine d’euro pour celle-ci.
Une fois arrivés au château, nous découvrons qu’il est trop tard pour le visiter, nous le ferons donc le lendemain matin. Nous dormons sur place, en contrebas sur le parking visiteur. L’endroit est vraiment sympa, comme le château est en hauteur, la vue est belle sur les collines aux alentours. Le lendemain matin, nous prenons la matinée pour visiter le château, il est juste génial. Même s’il est en ruine, tout est bien entretenu est en restauration. Montez dans la tour afin d’avoir une vue en hauteur des environs, ça vaut le détour. Personnellement j’en garde un très bon souvenir. Nous quittons ensuite le château vers 12h afin de nous rendre au paradis slovaque, à moins d’une heure de route.

Le paradis slovaque

Nous n’avions pas prévu au départ de faire un stop ici. Mais au château de Spis nous avons rencontré un couple d’américain très sympa dans un camping-car comme nous, qui avaient passé la nuit au même endroit. Après nous avoir offert un verre de rhum, dès le matin, nous partageons nos programmes. Ils nous parlent alors de Sucha Bela, dans le paradis slovaque. Après avoir jeté un œil sur le Net, bingo, nous faisons route vers les gorges de Sucha Bela pour randonner.

Avant d’embarquer pour cette randonnée, prenez bien conscience que les chemins sont parfois difficiles, puisqu’il s’agit ici d’une via ferrata mais sans protections. On grimpe des échelles parfois sur des hauteur de 10m, sans sécurité, avec les chaussures mouillées… Bref, c’est largement faisable à condition de ne pas avoir le vertige et surtout d’être bien équipé.
Si vous avez des chaussures d’eau c’est encore mieux car une grande partie de la randonnée se déroule dans le lit de la rivière, donc vous perdrez beaucoup de temps à marcher sur les pierres ici et là pour ne pas vous mouiller les pieds. Le plus efficace ce sont donc les chaussures d’eau à alterner avec les chaussures de randonnée.

Faites attention, c’est assez technique

Une fois sur les lieux il faut s’acquitter d’un ticket d’entrée au tarif très modeste (quelques euro). Le parking est parfait et nous garons Georges facilement pour pouvoir aller randonner. Très facile de trouver la randonnée, il suffit de suivre le chemin. Mais attention, c’est chaud 🙂 Ici on s’embarque pour une via ferrata de plusieurs kilomètres pour finir ensuite en randonnée normale. Niveau condition physique il faut quand même être prêt et avoir aussi un bon équipement, car on marche dans l’eau pendant une bonne partie de la randonnée. Niveau vertige également, prenez conscience que la via ferrata réserve des endroits assez chauds où il va falloir grimper sur des échelles sans sécurité. Bref, n’y allez pas si vous n’êtes pas confortable avec cela.

Les Tatras, cette chaîne de montagne magnifique

Nous avions quitté les Tatras en Pologne, nous y revoici en Slovaquie. Cette chaîne de montagne est vraiment sympathique et lorsqu’on roule sur l’autoroute et qu’on peut l’apercevoir au loin elle est impressionnante. Cap vers le lac de Štrbské (Štrbské Pleso) où nous commençons notre randonnée. Nous dormons la nuit dans le camping Strba plus bas à quelques minutes du lac pour partir au petit matin et profiter de la journée. Nous partons avec Georges et nous garons prêt de la gare. Comptez 6€ la journée mais vous pouvez aussi vous garer dans le centre, les prix sont les mêmes.

Les Tatras, c’est un bol d’air pur

Sac à dos prêts, nous partons du parking pour nous diriger vers le lac. Un fois le tour du lac fait, nous continuons notre randonnée vers les hauteurs et profitons de vues magnifiques sur les Tatras. Vous appercevrez certainement le mont Rysy qui culmine à 2500m. A la moitié de la randonnée nous arrivons au lac Popradské au bord duquel se situe un petit hôtel. La restauration est très facile sur les lieux, donc pas de stress. Prenez le temps, et après une bonne bière faites le tour du lac pour reprendre le chemin du retour. Nous quittons alors les Tatras avec des images plein les yeux et un sentiment de plénitude. Merci les Tatras! Les Tatras, c’est un bol d’air pur…
Jettons un oeil à notre randonnée dans les Tatras, au départ du lac de Štrbské, d’une longueur de 15km.
[sgpx gpx= »/wp-content/uploads/gpx/6_sept._2018_09_17_01.gpx »]
Comme vous le voyez, rien d’insurmontable, le dénivelé est relativement normal. Néanmoins il faut partir bien équipé niveau chaussures car une bonne partie de la randonnée se fait sur des chemins caillouteux. Les températures baissent légèrement au fur et à mesure de la montée, mais rien de rude. Pensez au multicouche qui vous sauvera la vie si vous avez froid au lac, avant de reprendre la descente.
Nous aurions pu continuer plus haut, vers les sommets, car les sentiers sont bien balisés. Mais la fatigue due à l’enchaînement des marches journalières nous a fait rester raisonnable… Il faut parfois savoir se retenir 🙂
Quelques photos pour vous montrer à quoi ressemblent les lieux.

Route vers le village musée de Vlkolinec

Nous quittons les Tatras pour nous rendre à une autre chaîne de montagne, beaucoup plus petite : les Mala Fatra. Avant d’y arriver, nous faisons une escale au village de Vlkolinec. Ce village est un village-musée traditionnelle qui permet de découvrir la magie des maisons slovaque d’autrefois. Outre le charme instauré par l’isolement du village, ce sont les couleurs des maisons qui nous enchantent le plus. Le village est très petit mais on ressend une réelle magie quand on se promène dans les petites ruelles. Une petite ferme vous accueil et les propriétaire s’amusent à jouer avec les biquettes pour faire rire les touristes. On se sent bien à Vlkolinec, mais il faut quand même penser à partir afin de laisser ses braves habitants dans le calme de nouveau.

Cap à l’Ouest de la Slovaquie vers la crête de Chleb

Nous reprenons la route pour les Malà Fatra ou « Petite Fatra » en français, chaîne de montagne moins haute que les Tatras mais relativement élevée quand même. Ce massig montagneux fait partie des Carpates et culmine à son plus haut point à 1700m. Il y a donc de quoi faire! Nous dormons dans les alentours, dans un petit camping près de la commune de Belà, afin de pouvoir partir en randonnée le lendemain dans la matinée.
Au réveil, après un check-up rapide de Georges, nous prenons route pour les téléphériques qui nous emmènerons vers la crête de Chleb, afin de faire notre petite randonnée. L’accès est très facile, il suffit de se garer à Vràtna, prendre un ticket pour le téléphérique et attendre que celui-ci passe, il est programmé toute les heures. Ou alors vous pouvez partir d’en-bas pour les plus courageux mais je déconseille car l’ascension est assez longue et vous arriverez en haut déjà assez fatigués.
Une fois arrivé en haut vous pouvez vous restaurer facilement grâce au restaurant sur place. Sinon, partez en randonnée sur la crête et admirez les paysages de la vallée qui s’offrent à vous. Le spectacle est magnifique et l’on peut facilement voir des deux côtés. La randonnée est assez simple, et vous pouvez visiter les différents sommets. Comptez deux à trois heures de marche, mais vous pouvez bien entendu faire plus, le terrain de jeu est immense.

Immersion dans les terres et visite du village de Cicmany

Nous quittons les crêtes pour prendre la route vers notre prochaine destination, un camping dans la ville de Liestany, le camping Nitrianske Rudno. Pas fameux ce camping mais une sacrée immersion dans la vie locale. Le camping est au bord d’un lac et a du avoir ses heures de gloire. Mais elles sont bien derrière 🙂
Le but ici est d’être près de deux endroits : la château de Bojnice et le charmant village traditionnel de Cicmany. Il faut bien dormir quelque part, non?
Après une nuit ok nous commençons par la visite du château, qui nous prendre environ 1h. C’est intéressant, il est plutôt charmant, mais attention, c’est assez cher : le parking ainsi que l’entrée pour le château ne sont pas donnés. Comptez environ 15€ par personne. La visite nous dévoile les salles intérieures du château avec un guide. Attention, pas de guide français disponible. Nous mangeons sur place au château et prenons ensuite la route pour le village traditionnel.
Ce village est magnifique. Il est très différent du village de Vlkolinec, l’architecture étant vraiment… spécifique. Pas de droit d’entrée, le village est de taille moyenne et on peut se garer très facilement. Nous prenons le temps pour errer dans les ruelles et profitez des maisons typiques, c’est vraiment intéressant à voir.
Ce sera notre dernière visite en Slovaquie qui nous a émerveillée de tout ce qu’elle a à offrir. Nous n’avons pas tout vu, loin de là, mais ce que l’on a vu nous a déjà bien enchanté. Nous prenons alors la route vers la République Tchéque pour visiter Pragues. Merci à toi chère Slovaquie, et au revoir.

La Slovaquie, en résumé

Où manger…

– A Strba Pleso, dans les Tatras : allez faire un tour dans le restaurant Koliba Zerucha qui offre une cuisine traditionnelle pour découvrir ce que peut offrir la Slovaquie. C’est pas mal.

Où dormir…

– Si vous êtes en camping-car, n’hésitez pas à dormir sur le parking au pied du château de Spis. C’est juste génial.
– Les campings sont vraiment sommaires, mais par contre ils ne sont pas chers. Je n’en ai pas vraiment un à recommander, mais à 15€ la nuit, il n’y a pas vraiment de questions à se poser 😉

A ne pas manquer en Slovaquie :

– Les randonnées dans les Tatras, au milieu de ses sommets
– La charmante ville de Kežmarok
– Le paradis Slovaque, et les gorges de Sucha Bella
– Les petites Fatras, pour une petite randonnées sur la crête
– Les villages traditionnels de Vlkolinec et Cicmany

Warning: compact(): Undefined variable $pagination in /homepages/2/d597525948/htdocs/clickandbuilds/BoutsduMonde/wp-content/themes/cheerup/loop.php on line 27

Warning: compact(): Undefined variable $pagination_type in /homepages/2/d597525948/htdocs/clickandbuilds/BoutsduMonde/wp-content/themes/cheerup/loop.php on line 27