La Toscane, ou la douceur de vivre

10 jours. C’est le temps de notre roadtrip en camping-car à travers la Toscane. Pour être honnête, pas tout à fait que la Toscane, mais aussi un peu de la Ligurie, où nous avons visité les 5 terres. Mais trève de blabla, voyons plus en détail notre itinéraire en Toscane.

  1. Nous débutons l’aventure par les Cinque Terre où nous restons environ deux jours. C’est peu mais déjà pas mal. Pour lire la suite, c’est ici 
  2. Nous continuons notre trajet vers Lucques et Pise, deux villes qui valent le détour.
  3. Nous arrivons ensuite officiellement en Toscane, et commençons notre visite par Volterra et San Gimignano.
  4. Puis nous faisons route plus au Sud vers Montalcino et Montepulciano pour profiter du bon vin et de la bonne bouffe 🙂
  5. Enfin nous remontons vers le Florence, en passant par la région du Chianti.

Ci-dessous notre itinéraire, que nous avons fait avec Georges, notre camping-car. Nous avons dormi en camping et dans des aires de camping-car. Pour trouver les campings et les aires de camping-car nous avons utilisé des applications mobiles comme Aire CC qui est devenu maintenant payant et Park4Night, totalement gratuit. Aujourd’hui nous n’utilisons plus que Park4Night et essayons au maximum de contribuer afin de partager nos expériences. Si vous voyez un BLH dans les commentaires, c’est moi 🙂

Lucques et ses remparts

L’aventure commence donc par les Cinque Terres dont vous pouvez trouver tous les détails dans un article dédié (c’est ici). Une fois les Cinque Terre visitées nous prenons la route vers Lucques et Pise, deux villes dont nous avons lu pas mal de bien.

Pour Lucques, tout avait bien commencé lorsque nous arrivons en ville sous le soleil. Pour se garer gratuitement nous choisissons de nous éloigner un peu du centre pour garer Georges sur un parking de supermarché. C’est safe et nous avons seulement une dizaine de minutes pour arriver au centre.

Lucques c’est une ville fortifiée vachement jolie. De vrais remparts entourent toute la cité, et une fois à l’intérieur on se sent comme en sécurité de l’envahisseur. Sauf qu’il n’y a plus d’envahisseur.. Nous allons directement au centre pour trouver à manger car il fait faim. Un petit tour sur Trip Advisor pour trouver un endroit sympa où se poser et surtout pouvoir manger local. Sinon c’est pas drôle. Ni une ni deux nous voilà avec des Focaccia dans la bouche directement au Paradis avec un grand P…

Lucques propose des ruelles sympathiques bourrées de commerce où l’on trouve de tout. Ne vous attendez pas à un centre ville géant tout reste quand même dans des proportions raisonnables. Pas trop le temps de visiter que la pluie arrive assez vite et là on prend vraiment cher. Rinçage complet qui nous oblige à nous mettre à l’abri. Et quoi de mieux qu’un bon bar à vin pour se mettre à l’abri 🙂

Une fois la pluie calmé nous reprenons la visite des ruelles et allons faire un tour du côté des remparts. Vous pouvez le voir sur les photos, la pluie ne nous a pas lâché comme ça. Pas grave, on est en vacance et avec une dose de bonne humeur et un parapluie multicolore à 2 balles y’a moyen de passer le temps.

Pise, ça y est, on va enfin la voir!

Et oui, qui n’a pas entendu parler de la tour de Pise. Une sorte de mythe que nous avions en tête depuis pas mal de temps. Il était temps de la démystifier.

Route vers Pise donc pour aller découvrir cette fameuse dame penchée. On gare Georges dans un parking pour camping-car et nous marchons vers le site, qui se trouve quand même assez loin, environ 25mn de marche, sous la pluie… Arrivé sur place on est assez surpris par la tour. Elle est quand même assez petite 🙂 Le site en lui-même ne contient pas que la tour. Celle-ci trône juste devant la cathédrale de Pise, majestueuse et l’église du Christ, magnifique également. Vous pouvez facilement prendre vos tickets pour visiter les trois, tout dépend du temps que vous avez à consacrer au site. Nous concernant, nous devions reprendre la route en fin de journée, nous avons donc choisi de visiter uniquement la tour, puis d’aller se balader dans les ruelles de Pise ensuite.

Bien sûr on ne peut pas visiter la tour sans le rituel du « photo montage » devant la tour. En bons touristes de base que nous sommes nous allons passer au moins une bonne demi-heure devant la tour à essayer de trouver des poses improbables. L’imagination n’était pas vraiment au Rendez-vous, mais on s’est bien marrés. Jugez par vous-même 🙂

Visitez la!

La visite de la tour en elle-même est plutôt sympa, mais attention, on est vite surpris par son « contenu ». La tour est en effet vide, elle a été vidée afin de pouvoir la restaurer et la faire tenir. Son inclinaison est impressionnante, on se demande comme elle ne se casse pas la gueule. Après quelques lectures on se rend compte des millions d’euros qui ont été investit pour la faire tenir. De nombreux renfort on été construit et ses fondations on été modifiées plusieurs fois. C’est un gros travail d’ingénierie qui a été fait. Grimper en haut demande quelques efforts, mais c’est jouable pour n’importe qui. L’inclinaison de la tour se sent lorsqu’on monte les escalier, c’est assez surprenant. Une fois en haut de la tour on peut observer une vue panoramique de Pise avec en premier plan la cathédrale et les jolies ruelles étriquées. Ça vaut le détour, même si le tarif est un peu élevé 😉

Une fois redescendu il se fait faim et nous décidons d’essayer de trouver un restaurant permettant à Amande de manger une pizza sans gluten. Nous trouver un bon petit restau qui nous a servi certainement à ce jour la meilleure pizza sans gluten qu’on ait mangé : L’Osteria In Domo.

Route vers le cœur de la Toscane en camping-car

La cité médiévale de Volterra

Nous quittons Pise et la pluie pour faire route vers le coeur de la Toscane cette fois, pour de vrai. Le paysage change peu à peu, mais pour être hônnete, on ne sait pas trop à quoi s’attendre. On entend souvent parler de la Toscane, cette région magique, on a l’image des cyprès en tête… En route nous nous arrêtons chez un paysan pour discuter un peu et surtout faire notre provision d’huile d’olive pour les vacances. Nous tombons sur un paysan amoureux de ses terres qui nous explique dans tous les détails son exploitation d’huile ainsi que son élevage de cochons. C’est génial, on apprend beaucoup. Nous prenons un peu de temps pour déguster ses huiles et choisir quelques bouteille. Huile et saucisson en poche nous reprenons la route pour Volterra, notre premier stop Toscan.

C’est au camping Le Balze que nous posons notre camping-car. Il est suffisamment près pour se rendre à pied au centre-ville. Après quelques dizaines de minutes de marche nous arrivons dans la cité médiévale et ses petites ruelles. Perdez-vous dans les ruelles et profitez de leur atmosphère. On tombe forcément à un moment sur les choses incontournables à faire comme la Piazza dei Prior, le théatre romain ou encore le Duomo et le campanile. Arrêtez-vous dans les boutiques pour acheter quelques souvenirs et surtout, surtout, faire le tour dans une boucherie pour manger local 🙂 Nous avons préparé notre repas comme ça, en revenant avec du fromage et de la charcuterie. Elle est pas belle la vie?

San Gimignano et ses maisons-tours

Il est temps de plier baguage pour notre prochaine destination : San Gimignano. De la route on voit déjà qu’il va y avoir du spectacle. Ses tours sont visibles de loin debout et bien droites. D’ailleurs, c’est assez troublant de voir ces immeubles « médiévaux » à cette hauteur. Le point noir, c’est pour se garer. C’est vraiment le bordel. Pour pouvoir garer notre camping-car nous devons aller dans un parking hors de la ville et assez loin. Heureusement un bus passe de temps en temps à partir de se parking. Mieux vaut ne pas le louper car il passe assez rarement.

Arrivé en ville on est sous le charme. La cité est grande avec de nombreuses ruelles dominées par les maisons-tours. Prenez une glace sur la place centrale, la Place de la Cisterna avant de repartir dans les ruelles. Flanez dans les magasins pour découvrir les produits locaux et terminez dans un bar à boire un bon café ou une bonne tisane. La pluie fait son retour, nous stoppons alors pour prendre un verre en attendant la pluie pour pouvoir reprendre la route vers notre prochain point de chute : Montalcino.

Montalcino et ses excellents vins

Cap donc tout d’abord vers Montalcino. Pour ceux qui ne connaissent pas c’est une ville produisant d’excellents vins rouges Italiens. Nous décidons de passer la nuit en agri-tourisme, au domaine Podere Il Coco, très bien noté apparemment. Et bien oui, nous n’avons pas été déçu. Après avoir placé Georges le camping-car entre les pins, nous avons réservé une table pour deux au domaine. Nous avons mangé comme des rois une cuisine excellente. Pour le vin, nous avons dégusté le magnifique Brunello di Montalcino qui nous a directement envoyé au paradis, sur un petit nuage. Quelle soirée. C’est rare de manger aussi bien le tout dans un cadre campagnard avec des gens que vous ne connaissez pas, à la même table.

Le ventre bien rempli et après avoir discuté avec des allemands à notre table, nous rentrons au camping-car pour dormir au pied des vignes du vignoble, dans un calme absolu. C’est ça la Toscane, profiter de la bonne cuisine et des bons vins. Profitez absolument des deux stars locales que sont le Rosso di Montalcino et le Brunello di Montalcino. Vous ne serez pas déçu. A ce stade du voyage nous atteignons le point le plus bas de notre itinéraire et nous décidons alors de faire route vers Montepulciano, le lendemain matin, autre haut-lieu du vin Toscan.

Les bains de San Filipo : la baleine blanche

Sur la route pour aller à Montepulciano nous faisons un stop aux bains de San Filipo, dit les bains de la « baleine blanche ».  Cette route est magnifique et représente pour moi l’idée que je me suis toujours faite de la Toscane. Des champs de blé à perte de vue, des cyprès. C’est magique et on se sent vraiment bien. Après quelques recherches sur Internet nous avons vu que ces bains sont gratuits et que l’eau est chaude. Il fait très beau ce jour là alors nous décidons d’y passer une bonne partie de la journée pour mettre un peu les pieds dans l’eau durant notre voyage. Il est assez facile de s’y garer même si le parking est très en pente. Comptez quelques euros pour plusieurs heures aux bains, ce n’est vraiment pas très cher, surtout qu’il n’y a pas d’entrée à payer. C’est cool.

Sur place nous essayons plusieurs « baignoirs » avant d’aller voir la baleine blanche. C’est tellement reposant! L’eau est chaude et on est vraiment comme dans une baignoire. On pourrait rester là toute la journée sans problèmes. Après quelques heures de bullage intégral, nous allons voir quelques mètres plus bas la fameuse baleine blanche. Wow. C’est beau. C’est blanc, massif et le juste impressionnant.

Montepulciano, le grand frère

Montepulciano est encore plus grand que Montalcino. Là ou Montalcino compte environ 5000 habitants, Montepulciano en compte le triple. Après un peu de recherches nous trouvons un point où garer Georges sans payer 😉 Nous marchons un peu pour remonter vers le centre et prendre un peu de temps pour visiter la ville. On retombe sous le charme des cités médiévales. Nous prenons un peu de temps pour faire quelques caves et acheter un peu de vin. On retrouve les mêmes dénominations qu’à Montalcino, à savoir le Rosso et le Brunello. Nous mangeons sur place et reprenons déjà la route pour cette fois-ci la région du Chianti.

La région du Chianti, la Toscane en photo

Il est temps de remonter vers Florence en passant par la région du Chianti. Nous avons planifié de nous arrêter à Radda et Greve, deux ville qui apparemment valent le détour. Nous allons voir cela de plus près 🙂

Radda, petite ville sur les hauteurs

Changement de décors avec l’apparition de plus en plus de vignobles. Radda est entourée de vignes. On se retrouve à 500m d’altitude dans une petite ville d’environ 1600 habitants. Radda est sur une sorte de crète et de chaque côté les paysages sont très beaux. Vignes d’un côté, grandes plaines de l’autre. C’est sûr, il faut aller randonner.

Nous posons le camping-car dans le parking d’un restaurant au milieu des vignes et partons en randonnée. On est pas déçu! Après avoir pris un petit chemin sue une crête qui fait face à la ville nous redescendons par les vignes pour revenir en ville. Nous tombons sur un champ de coquelicots où nous faisons quelques photos puis remontons vers Radda. Après un peut de temps pour retrouver un chemin pour remonter, nous arrivons en ville sous un soleil de plomb. Il faut savoir que pour protéger les vignes des bêtes sauvages de grandes clôtures sont installées tout le long des vignes. Il est parfois difficile de les traverser 🙂

La ville est charmante et très petite. Nous passons un peu de temps au centre et nous arrêtons dans un petit restaurant pour manger en terrasse. Nous reprenons ensuite notre petit tour en ville pour admirer la vie sur les collines environnantes. C’est vraiment pas mal. Plutôt content nous reprenons la route pour retrouver Greve.

Greve in Chianti et ses villages

Arrivé à Greve nous garons le camping-car à l’entrée de la ville au bord d’un terrain de foot. Nous marchons un peu pour rejoindre le centre et nous découvrons une ville très différente de Radda. Le centre est très grand avec une grande place remplie de pavées. Greve c’est environ 13000 habitants, on n’est plus dans la même configuration que Radda, c’est tout de suite moins abordable.

Montefioralle, le coup de coeur

Comme la ville ne nous plaît pas plus que ça, nous décidons d’aller randonnée dans les vignes. Petit tour sur Komoot, mon application de randonnées favorite, et nous trouver une petite randonnée sympa. C’est parti. La randonnée part de la place de ville pour monter petit à petit vers les collines. Nous passons par plusieurs paysages dont la forêt pour finalement arriver aux vignes et atteindre Montefioralle, un village sur les hauteurs.

Montefiroalle est un des plus anciens village de Toscane et il est encore entouré par ses murs d’origine. Quel régal de se balader parmi ses ruelles étroites. Le village est calme et on prend notre temps pour visiter le moindre recoin. Montefioralle restera parmi nos endroits préférés de Toscane, sans aucun doute.


La Toscane en résumé

Où manger en Toscane?

Parmi les bonnes adresses que nous avons testé en Toscane, il y a :

  • Podere Il Cocco : noté 5 sur 5 sur TripAdvisoir pour presque 300 commentaires. C’est vous dire la performance de cet agritourisme d’une qualité exceptionnelle. Si vous passez dans le coin de Montepulciano il faut absolument dîner là-bas, voir même y dormir. Ou vous servira un vin exceptionnel et des mets de qualité, locaux qui plus est.
  • L’Osteria In Domo : je n’irais pas dire que c’est le restaurant du siècle, mais si vous cherchez des pizzas sans gluten à Pise alors vous ne serez pas déçu. A tester à midi.

A ne pas manquer en Toscane :

  • La tour de Pise, il faut la voir, c’est certain et flâner dans les ruelles de la ville.
  • L’agritourisme : vous trouverez sur votre route des fermes qui vendent de fantastiques produits locaux. Huile d’olive, saucisson, vin, formage de qualités, tout est là pour se faire des repas à la bonne franquette avec des produits magnifiques.
  • La ville de Lucques et ses remparts. Une demie-journée devrait suffire pour vous laisser le temps de se balader dans son centre historique et buller aux terrasses des cafés.
  • Il bagno San Filipo : si vous voulez vous raffraichir alors foncez aux bains. S’assoir dans les baignoires naturelles est un véritable paradis et on y resterait des heures sans hésiter.
  • Dégustation de vins : et oui, il serait dommage de ne pas apprécier à sa juste valeur les Rosso di Montalcino ou Montepulciano, mais encore plus les Brunello qui sont des vins exceptionnels.
  • Montefiorale : ce village haut perché près de Greve in Chianti et tout simplement unique. Se balader dans ses ruelles amène calme et sérénité. On est bien.

 

Write A Comment